Peut-on manger trop santé?

manger-trop-sante-blogue-laugaunutrition

À en croire l’internet et la culture des diètes, tous les aliments sont toxiques.

« Les fruits contiennent trop de sucre! »

« Le soya cause le cancer et l’infertilité! »

« Les légumineuses causent de l’inflammation, à éviter! »

À travers ces mythes, la culture des diètes n’en finit plus de nous insuffler la peur des aliments et de ce qui pourrait arriver si nous avions le malheur de manger « imparfaitement ». Pour certaines personnes, ces messages deviennent facilement stressants, voire envahissants, et mènent au désir de manger le plus sainement possible en éliminant un aliment menaçant après l’autre.

La recette parfaite de l’alimentation qui vous rendra immortel(le) existe-t-elle réellement?

En vérité, la science de la nutrition est encore bien jeune. À travers son histoire, plusieurs recommandations douteuses basées sur la recherche de l’époque pour faire des choix alimentaires plus sains ont été faites de façon précoce. Un excellent exemple est celui des gras. À partir des années 1950, les recommandations se sont mises à encourager l’adoption d’une alimentation faible en gras pour avoir une meilleure santé cardiovasculaire. Dans les années suivantes, nous apprenions que les gras étaient en fait très importants pour la santé, puis les recommandations ont changé pour restreindre les gras trans et saturés et favoriser les gras insaturés. Finalement, dans les dernières années, les études remettent de plus en plus en doute cet acharnement contre les gras saturés.

Quel casse-tête! N’êtes-vous pas d’accord? Et il ne s’agit que d’un seul nutriment! Tout ça pour dire que l’impact des choix alimentaires sur la santé demeure bien plus complexe et mystérieux que ce que l’on essaie de nous faire croire.

Impacts sur la santé

Il est vrai que l’alimentation est l’un des déterminants de la santé globale et qu’il n’y a évidemment rien de mal à choisir de manger d’une façon qui supportera notre santé au meilleur de notre connaissance si c’est important pour nous. Par contre, ce dévouement peut prendre trop d’ampleur et avoir des impacts négatifs sur d’autres aspects de notre vie. Eh oui! Poussée à l’extrême, la recherche de l’alimentation parfaite peut nuire à la santé autant physique que psychologique.

Les carences

Quand la poursuite de l’alimentation parfaite devient obsessive, les gens ont tendance à réduire de plus en plus le nombre d’aliments jugés acceptables et bénéfiques. Mais ce n’est pas pour rien que le corps a besoin de variété. Chaque aliment contient une combinaison unique de nutriments qui nous permet d’atteindre nos besoins sur le long terme. Quand on réduit la variété alimentaire, on peut développer des carences en énergie, protéines, vitamines ou minéraux qui, elles, peuvent affecter les fonctions du corps, par exemple en affaiblissant le système immunitaire et en retardant la cicatrisation.

La digestion

Un manque de diversité alimentaire peut également entraîner des problèmes digestifs. À force de ne pas être utilisé à son plein potentiel, le système digestif peut devenir plus lent et produire moins d’enzymes digestives. Les inconforts digestifs suivant la réintroduction des aliments exclus sont souvent attribués à tort à la croyance que ces aliments sont toxiques ou néfastes, et donc que notre corps les rejette. En fait, les restrictions pourraient être la cause de nouvelles intolérances alimentaires et des symptômes digestifs qui se résorberont avec le temps et avec une alimentation adéquate.

La santé psychologique

La poursuite obsessive de la santé par l’alimentation peut grandement affecter la vie sociale et la qualité de vie en général. Manger, un acte essentiel et omniprésent, peut devenir très compliqué et générer des pensées intrusives, de la culpabilité si l’on mange quelque chose jugé sous-optimal, de l’anxiété quand on ne peut pas contrôler l’offre alimentaire et de l’isolement si on préfère ne plus manger avec les autres ou ne plus manger les mêmes aliments qu’eux.

L’impact des aliments sur la santé va au-delà des nutriments qu’ils contiennent. Manger comprend un aspect social, culturel et émotionnel qui contribuent tous à la santé psychologique et globale.

Tous les aliments ont leur place

La valeur nutritive des aliments peut guider nos choix alimentaires, mais pour avoir une relation plus harmonieuse avec la nourriture, plein d’autres facteurs devraient également être pris en compte et pourraient avoir autant (ou même plus) d’importance pour vous. En voici quelques exemples:

  • Saveurs et textures
  • Signaux de faim et de satiété
  • Préférences
  • Envie du moment
  • Accessibilité
  • Valeurs personnelles
  • Variété
  • Disponibilité
  • Culture
  • Saison
  • Besoins énergétiques
  • Moment de la journée
  • Spiritualité/religion
  • Coût
  • Condition médicale
  • Allergie/intolérance

Tous les aliments ont leur place dans une alimentation équilibrée, qu’ils soient riches en nutriments ou non, qu’ils soient cueillis directement de l’arbre ou ultra-transformés. Ils ont tous la possibilité d’apporter de l’énergie, des nutriments et du plaisir, et peuvent tous globalement participer à une bonne santé physique et psychologique.

Si vous vous reconnaissez dans cet article, laissez-nous vous aider. Il est possible de retrouver la joie, la liberté et l’équilibre à travers votre alimentation.

Danya Beauregard, Nutritionniste, Dt,P., RD