Croyez-vous souffrir d'un trouble alimentaire ?

Consulter une professionnelle

Expertise

Un indice, un signe

Vous sentez que :

1. Vous perdez le contrôle des quantités que vous mangez ?

2. Vous mangez lorsque vous vous sentez triste, anxieux, en colère ou que vivez de l’ennui ?

3. Vous ressentez de la culpabilité lorsque vous mangez certains aliments ?

4. Vous avez envie de vomir ou vomissez lorsque vous avez l’estomac plein ?

5. Vous ne reconnaissez plus vos signaux de faim et satiété ?

6. La nourriture est un sujet qui occupe une place dominante dans votre vie ?

7. Vous comptez très souvent les calories et il est compliqué pour vous d’aller au restaurant ?

8. Vous n’aimez pas votre corps ?

9. Vous êtes souvent au régime ?

10. Votre poids ne cesse d’augmenter ?

11. Vous percevez que vous êtes trop gros alors que les autres vous trouvent trop mince ?

12. Vous avez atteint votre objectif de poids, mais vous désirez en perdre encore plus, car vous n’êtes pas bien dans votre corps ?

Chacun de ces douze points pourrait être un indice d’une relation à la nourriture perturbée en plus d’avoir un impact négatif sur la saine gestion de votre poids.

Où vous situez-vous ?

Maintenant, faites ce test :

Écoute des signaux de faim et satiété
Image corporelle positive
(Environ 20% de la population)
Régimes : restrictions alimentaires, plans alimentaires, jeûnes, calcul des calories
Compulsions alimentaires : manger ses émotions, culpabilité, honte
Image corporelle négative : insatisfaction corporelle
(Comportements alimentaires problématiques)
Anorexie
Boulimie
Hyperphagie
Trouble alimentaire non spécifié
Bigorexie
Orthorexie
(Troubles alimentaires cliniques)

Besoin d’aide :

Si vous avez un comportement alimentaire problématique ou croyez souffrir d’un trouble alimentaire clinique, vous êtes au bon endroit et je peux vous aider ! La solution n’est pas dans l’isolement. Appelez-moi pour prendre rendez-vous ! 514 667-5778

Mieux-être :

Mon approche non restrictive basée sur l’alimentation intuitive et la pleine conscience vous aidera à reconnecter avec vos signaux de faim et satiété et à retrouver le plaisir de manger librement !

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont souvent, par erreur, associés à des caprices de jeunes filles voulant ressembler aux mannequins que l’on voit à la télé ou dans les magazines. Par le fait même, plusieurs personnes croient que pour réussir à guérir de ces problématiques, il ne suffit que de se remettre à manger! Pourtant, ce n’est pas si simple que ça. Ces problèmes de santé mentale sont reconnus comme étant très complexes à traiter. Leurs causes sont multifactorielles. Les personnes souffrant de ces maladies sont des hommes et des femmes, de tous les âges et provenant de tous les milieux socio-économiques.

Il est important de comprendre que les troubles de l’alimentation ont une importante composante identitaire. La souffrance est grande pour toutes les personnes vivant sous l’emprise d’un TCA. Aussi, l’anxiété, une faible estime de soi ainsi que l’isolement sont omniprésents au fur et à mesure que la maladie progresse dans le temps.

Afin de guérir d’un trouble alimentaire, une aide psychologique, nutritionnelle et souvent médicale sont nécessaires. Se sortir d’un trouble du comportement alimentaire n’est pas chose facile. Cela demande beaucoup de courage, d’encouragement des proches et surtout, beaucoup de persévérance et de compassion envers soi.

Anorexie nerveuse

Peur intense de prendre du poids et distorsions.
Femme repliée sur elle-même souffrant d'anorexie nerveuse
La boulimie est un trouble de santé mentale qui se caractérise par la présence de compulsions alimentaires, suivies de méthodes compensatoires. Parmi ces méthodes compensatoires, on retrouve les régimes drastiques, les jeûnes, les vomissements provoqués, l’exercice excessif, et bien d’autres. Il est important de mentionner que des sentiments de honte, de culpabilité et de dégoût suivent souvent ces épisodes. L’anorexie nerveuse est un trouble de santé mentale qui se caractérise par une brusque perte de poids (au moins 15% de la masse corporelle) résultant de régimes drastiques, de jeûnes, de vomissements provoqués, d’utilisation de laxatifs ou d’exercice physique excessif. Les gens atteints d’anorexie nerveuse ont une peur intense de prendre du poids ont beaucoup de distorsions reliées à leur image corporelle.
L’anorexie a le plus haut taux de mortalité parmi les maladies mentales et plusieurs complications sur les plans social, physique et psychologique peuvent être reliées à cette maladie. Il est possible de retrouver, entre autres, de l’anxiété, de la dépression, des étourdissements, des pertes de conscience, de l’ostéoporose, et bien d’autres. Les personnes souffrant de ce trouble ont également parfois tendance à s’isoler socialement.

Boulimie

Présence de compulsions alimentaires, suivies de méthodes compensatoires.
Femme blonde boulimique qui n'aime pas son corps dans le miroir

La boulimie est un trouble de santé mentale qui se caractérise par la présence de compulsions alimentaires, suivies de méthodes compensatoires. Parmi ces méthodes compensatoires, on retrouve les régimes drastiques, les jeûnes, les vomissements provoqués, l’exercice excessif, et bien d’autres. Il est important de mentionner que des sentiments de honte, de culpabilité et de dégoût suivent souvent ces épisodes.

Plusieurs complications sur les plans social, physique et psychologique peuvent être reliées à cette maladie. Par exemple, la personne peut développer de l’anxiété, de la dépression, des problèmes intestinaux, vivre de l’isolement social, avoir l’œsophage brûlé par les vomissements en plus d’avoir des problèmes d’émail de dents.

Il est intéressant de savoir que les personnes aux prises avec ce trouble alimentaire sont généralement de poids normal ou n’excèdent que de quelques livres leur poids naturel.

Hyperphagie boulimique

Présence de compulsions alimentaires, mais sans méthodes compensatoires.
Une femme hyperphagique qui mange tard le soir dans son lit
L’hyperphagie boulimique est un trouble de santé mentale qui se caractérise par la présence de compulsions alimentaires, mais sans méthodes compensatoires. Chez la personne atteinte d’hyperphagie boulimique. les épisodes de compulsions sont souvent accompagnés d’un sentiment de perte de contrôle. Plus précisément, l’orgie alimentaire amène l’individu à ressentir de la culpabilité, de la honte, des remords et même du dégoût.
Plusieurs complications sur les plans social, physique et psychologique peuvent être reliées à cette maladie. Par exemple, la personne peut développer de l’anxiété, de la dépression, de l’obésité, de la distension abdominale, du diabète, vivre de l’isolement social et être constamment préoccupée par son image corporelle.
Point de vue statistiques, 30 % à 50 % des gens obèses, soit environ 10 % de la population en général, souffrent d’hyperphagie boulimique. Malgré le pourcentage élevé de gens atteints par cette maladie, ce trouble alimentaire demeure encore méconnu par plusieurs.

Les troubles alimentaires non spécifiés englobent les problématiques qui ne répondent pas précisément aux critères des troubles alimentaires spécifiques tels que l’anorexie nerveuse, la boulimie et l’hyperphagie boulimique. Par contre, les personnes souffrant d’un trouble alimentaire non spécifié peuvent vivre avec une faible estime de soi et être obsédées par leur image corporelle.

Les personnes atteintes de ces troubles peuvent compter les calories, faire des régimes amaigrissants, adopter des habitudes de surentraînement, etc. Il est important de prendre cette problématique tout autant au sérieux que les autres troubles alimentaires.

Bigorexie

Pratique compulsive ou exagérée d’activités sportives.
Homme sans chandail faisant des haltères au gym
Il s’agit d’un trouble obsessionnel compulsif qui apparait dans la sous-catégorie de la dysmorphophobie (crainte obsédante d’être mal formé ou laid), mais dont l’obsession porte spécifiquement sur la masse musculaire. Elle survient presque exclusivement chez les hommes. Puisqu’ils ont l’impression d’être parfois trop minces ou insuffisamment musclés ils sont poussés à pratiquer des activités sportives de façon compulsive ou exagérée.
Dans cette maladie, l’activité physique est présente afin de développer une masse musculaire disproportionnée et ce, même si le corps de l’homme a un aspect normal ou est déjà très musclé.
La vie quotidienne d’une personne atteinte de bigorexie est entièrement organisée autour du sport ce qui peut provoquer des problèmes familiaux et professionnels. Bref, pratiquer son sport devient une obsession qui prend toute la place dans la vie de tous les jours.

Orthorexie

Contrôle obsessif de la qualité des aliments ingérés
Une femme qui tient une pomme rouge
Il est possible de faire un parallèle entre l’anorexie et l’orthorexie. Dans l’anorexie, on parle de contrôle obsessif en ce qui a trait à la quantité d’aliments ingérés. D’un autre côté, l’orthorexie implique un contrôle obsessif de la qualité des aliments ingérés.
Comme pour tous les troubles alimentaires, il s’agit d’un continuum. L’orthorexie n’apparaît pas du jour au lendemain. Habituellement, cette maladie démarre par un intérêt marqué pour la saine alimentation. Puis, c’est lorsque cet intérêt tourne à l’obsession que les problèmes surgissent.
Avec le temps, le souci de manger normalement devient un véritable problème. Cette maladie peut amener les gens qui en souffrent à tout calculer et à cesser de manger de façon spontanée. Les gens qui en sont atteints ne se permettent aucune souplesse quant aux types d’aliments qu’ils mangent et ils vivent le tout avec anxiété.
(DSM-5, cinquième édition du DSM ou Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’Association Américaine de Psychiatrie.)

Bien que beaucoup se reconnaissent dans la sensation fréquente de se sentir trop plein après un repas et d’avoir l’impression de souvent manger sans la faim, il est faux de croire que ce n’est qu’une question de gourmandise ou de manque de volonté. Ne pas savoir comment manger selon ses besoins peut parfois s’accompagner d’un poids instable à travers le temps, avec des variations importantes ou qui ne cesse d’augmenter, et cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs:

  • Diètes restrictives qui diminuent le métabolisme
  • Mythes alimentaires (ex: couper les féculents et augmenter les protéines pour perdre du poids ou être en santé…)
  • Habitudes alimentaires ancrées depuis l’enfance (ne pas jeter de nourriture, terminer son assiette, ne pas avoir droit à un dessert si le repas n’est pas terminé…)
  • Gestion des émotions par le biais d’aliments réconfortants
  • Troubles du comportement alimentaire variés
  • Médication ou désordres endocriniens
  • Hérédité/génétique

 

Souvent tout cela mène à une relation négative envers l’alimentation et l’image corporelle, ce qui peut parfois nécessiter ou grandement bénéficier d’un suivi psychologique, nutritionnel et/ou médical. N’hésitez-pas à demander de l’aide afin de retrouver votre bien-être.

Les faits sur la perte de poids

Saviez-vous que les régimes sont inefficaces? La preuve: Selon la recherche, 95% des personnes qui suivent un régime amaigrissant reprennent le poids perdu au cours des cinq années suivant le régime.

Parmi ces 95%, 60% reprendront encore plus de poids qu’avant.

Mann, T., et collaborateurs

(2007). “Medicare’s Search for Effective Obesity Treatments : Diets are not the Answer”, The American Psychologist, 62(3), p. 220-233.

L’approche anti-régime

L’approche anti-régime consiste en une écoute attentive des signaux de faim, de satiété, des goûts et des envies, et donc en une écoute intuitive accrue de son corps et de ses besoins. Elle vise à déconstruire les idées reçues sur l’alimentation et sur les régimes restrictifs, favorisant par le fait même une relation saine envers la nourriture et son corps.

Son application permet d’atteindre et de conserver son poids naturel, ainsi que de manger sans culpabilité. Par poids naturel, il est entendu le poids où le corps se stabilise naturellement quand on mange de façon normale et selon nos besoins. Le poids naturel n’est pas déterminable par l’IMC (Indice de Masse Corporelle), mais est plutôt propre à chacun, influencé par la génétique ainsi que d’autres facteurs, et son maintient est régi par le cerveau. Ainsi, une personne qui s’alimenterait sans restriction et qui serait à l’écoute de ses signaux de faim et de satiété tendrait à conserver le même poids, soit son poids naturel.

À l’aide de l’approche anti-régime, et d’un suivi psychologique si nécessaire, vous favoriserez l’atteinte et le maintient de votre poids naturel sur le long terme, et ce de façon sécuritaire et dans le respect de votre corps.

L’approche (HAES)

À la clinique LauGau Nutrition, nous adhérons à l’approche HAES®.
Femme noire qui fait du yoga sur la plage
Qu’est-ce que l’approche HAES®?
Le terme est une abréviation pour Health At Every Size®, ou « La santé à tous les poids ».
Cette philosophie a un fondement scientifique solide et est également reconnue et utilisée dans le traitement des troubles alimentaires. Un de ses principes est que tout le monde peut travailler à améliorer sa santé, peu importe son poids et que des habitudes de vie saines ne mèneront pas nécessairement à la minceur. En d’autres mots, on ne peut pas juger la santé d’une personne seulement sur son poids.
La croyance dominante actuelle est que la santé peut seulement être atteinte par l’atteinte du poids dit «santé» selon l’IMC (indice de masse corporelle). C’est FAUX. La réalité est que le culte de la minceur et la guerre contre le «surpoids» et l’«obésité» ont fait bien plus de tort que de bien sur la santé physique et mentale des gens. C’est un fait bien connu qu’au moins 95% des gens qui entreprennent de perdre du poids volontairement par des diètes, ou n’importe quelle autre méthode, reprennent le poids perdu ou plus dans les 5 années suivantes. Faire le yoyo avec notre poids mène également à l’augmentation des risques de développer des maladies chroniques. De plus, les diètes sont aussi un facteur de risque connu pour le développement d’un trouble alimentaire. Pourquoi alors s’acharner à recommander la perte de poids pour l’amélioration de la santé? Ici, on ne le fait pas, justement.
La vie quotidienne d’une personne atteinte de bigorexie est entièrement organisée autour du sport ce qui peut provoquer des problèmes familiaux et professionnels. Bref, pratiquer son sport devient une obsession qui prend toute la place dans la vie de tous les jours.
Chez LauGau Nutrition, nous optons pour une approche centrée sur le bien-être au lieu du poids afin d’aider nos clients à atteindre une meilleure santé physique et psychologique sur le long terme. Nous adhérons plutôt à l’approche HAES qui reconnaît que le bien-être global et la santé d’une personne sont plus importants et complexes que de viser l’atteinte d’un certain chiffre sur la balance.
Voici quelques principes supportés par l’approche HAES® et par nos nutritionnistes:

  • Promotion d’une relation équilibrée et saine avec l’alimentation
  • Incorporation du mouvement et de l’activité physique de manière positive, enrichissante et adaptée à chacun
  • Préconisation de l’accès à des soins et services de santé de qualité sans discrimination reliée au poids
  • Reconnaissance que la santé est un concept complexe ne se limitant pas à la santé physique, et qui peut représenter quelque chose de différent pour chacun.
  • Inclusion, célébration et respect de la diversité corporelle pour tous.
  • Si vous aimeriez en savoir plus sur la philosophie HAES®, ne manquez pas notre article de blogue sur le sujet!

    Références

    https://www.nationaleatingdisorders.org/
    https://asdah.org/
    http://grossophobie.ca/
    Livre Health At Every Size par Lindo Bacon et Lucy Aphramor

    Assiette avec couvert et point d'interrogation

    Qu’est-ce que la chirurgie bariatrique?

    Les chirurgies bariatriques incluent différentes opérations visant à induire une perte de poids en altérant le fonctionnement du système digestif. Elles peuvent être restrictives ou malabsorptives.

    Malabsorptive

    Chirurgie qui réduit la capacité de digestion et d’absorption des macronutriments, vitamines et minéraux, généralement en détournant une partie de l’intestin.

    Les chirurgies bariatriques sont généralement restrictives (ex : anneau gastrique, gastrectomie/sleeve) ou une combinaison de restrictives et malabsorptives (ex : Roux-en-Y, dérivation biliopancréatique)

    Image corporelle

    La chirurgie bariatrique peut amener différents effets secondaires et différents résultats en termes de poids perdu et de rapidité de perte de poids pour chacun(e). Il peut être facile de se comparer, de se questionner et de vivre un sentiment d’échec si les choses ne se passent pas comme espéré. Également, le changement rapide du corps suite à la perte de poids peut avoir un impact négatif sur l’image corporelle, par exemple si la perte de poids a laissé un excédent de peau.

    Références

  • Bacon, L. (2010). Health at every size: The surprising truth about your weight. BenBella Books, Inc

  • Harrison, C. (2019). Anti-diet: Reclaim your time, money, well-being, and happiness through intuitive eating. Hachette UK.

  • Lauren Muhlheim, P. D. (2020, May 1). Eating disorders before and after bariatric surgery. Verywell Mind. Retrieved November 22, 2021, from https://www.verywellmind.com/eating-disorders-and-bariatric-surgery-4628329.
  • Restrictive

    Chirurgie dans laquelle une partie de l’estomac est retirée pour réduire le volume de celui-ci, limitant ainsi la quantité de nourriture qui peut être ingérée.

    Relation avec la nourriture

    Plusieurs personnes ayant recours à la chirurgie bariatrique ou s’y intéressant ont un historique de trouble alimentaire (comme l’hyperphagie boulimique) ou de régimes, ou ont une relation négative avec la nourriture depuis longtemps. Certains comportements problématiques présents avant la chirurgie, tels que les rages alimentaires et les pensées obsessives envers la nourriture ou le sport, ont tendance à revenir après un certain temps. Une personne peut également développer un nouveau trouble alimentaire, comme l’anorexie.

    Santé

    Il peut parfois être difficile après la chirurgie de combler ses besoins énergétiques, en protéines et en vitamines et minéraux, ce qui augmente les chances de souffrir de carences alimentaires et d’une perte de masse musculaire durant la perte de poids. Ces difficultés peuvent être en lien avec la nature de la chirurgie choisie, les effets secondaires (ex : vomissements, diarrhée, douleur), l’altération des signaux de faim, la peur de ne pas perdre suffisamment de poids ou d’en reprendre, etc.

    L’accompagnement que nous offrons

    N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir du soutien si vous :

  • Considérez la chirurgie bariatrique, mais êtes inquiet(e) d’avoir présentement une relation difficile avec la nourriture,

  • Avez déjà subi une chirurgie et que des comportements alimentaires problématiques se développent ou refont surface,

  • Vivez des difficultés au niveau de votre image corporelle,

  • Avez de la difficulté à combler vos besoins alimentaires.
  • Personne n’est à l’abri de développer une maladie chronique à un moment ou à un autre de notre vie. De multiples facteurs peuvent contribuer directement ou indirectement à leur développement. Certains ne sont malheureusement pas modifiables alors que d’autres peuvent l’être grâce à un changement dans vos habitudes alimentaires.

    Parmi les facteurs non-modifiables se trouvent :

            Notre génétique

            Notre statut socio-économique

            L’accès à des services de santé

            L’environnement (ex : qualité de l’air)

            Notre éducation

            Notre sexe et notre âge

            Faire partie d’un groupe marginalisé

            Même l’exposition à certains virus!

    Les habitudes de vie telles que l’alimentation, la gestion du stress, l’activité physique et le sommeil peuvent également jouer un rôle dans le développement et/ou la gestion d’une maladie chronique.

    Si vous souffrez d’une maladie chronique, sachez que c’est un phénomène très complexe et que son développement n’est pas votre faute. Un diagnostic de maladie chronique peut générer beaucoup d’anxiété et de confusion. De ce fait, il peut être difficile de comprendre votre condition et savoir quels changements viser. Que ce soit par manque de connaissances ou suite au développement d’une relation problématique envers l’alimentation, il est normal de ressentir le besoin d’accompagnement pour vous aider à mieux vivre avec votre condition et en réduire les impacts sur le long terme.

    Chez LauGau Nutrition, nous vous accueillons dans un environnement sans jugement qui vous permettra d’explorer à votre rythme avec votre nutritionniste les changements alimentaires qui sont en votre pouvoir et qui sont pertinents selon votre condition.

    Nous pouvons vous aider avec les problématiques suivantes :

            Prédiabète et diabète de type 2

            Hypertension

            Dyslipidémie (cholestérol, triglycérides élevés, etc.)

            Stéatose hépatique non-alcoolique (foie gras)

            Syndrome des ovaires polykystiques

            Troubles digestifs (Syndrome de l’intestin irritable, reflux gastro-œsophagien, etc.)

            Plusieurs autres (Demandez-nous si votre condition n’est pas listée)

     Notre approche est axée sur l’individualité de chacun et le maintien des changements sur le long terme. Nous pratiquons selon l’approche de neutralité corporelle non basée sur la restriction pour la perte de poids, puisque celle-ci est malheureusement trop souvent temporaire. Bref, il est possible d’améliorer sa santé à travers vos habitudes de vie à n’importe quel poids. L’amélioration de ces habitudes aura un impact positif sur votre santé, peu importe si oui ou non, vous voyez un changement au niveau de votre poids corporel.

    Fixer un rendez-vous 

    Sentez-vous en confiance lorsque nous discutons.

    L’empathie, l’écoute sans jugement et une ambiance chaleureuse sont nécessaires pour le cheminement de chaque personne.

    Notre blogue

    Tout sur l'alimentation

    Découvrez nos plus récents articles au sujet de questions récurrentes sur les problèmes alimentaires.